Un nouveau départ ?

A force de le dire, de l’entendre, de le marteler à tort et souvent de travers, le travailleur de demain ne sera plus le même. Son organisation, son quotidien, son rythme, son évolution, le suivi de ses performances, son apprentissage… tout passera à la moulinette de la Grande Reprise. Vraiment ?

Et est-ce bien l’avis de la majorité d’entre nous ?

Attention aux déclarations en plein confinement… présagent-elles véritablement de l’avenir ?

N’oublions pas que le déclaratif a ses limites, et que beaucoup se disent « Vivement que ma vie d’avant reprenne ». Quand d’autres se disent « Pourvu que nous ayons tous changé ».

Soyons honnêtes les uns envers les autres. Si des changements sont à prévoir, seront-ils si prononcés que ce que l’on veut bien nous faire croire ?

Repenser les modèles

Ce qui est certain, c’est que cette longue attente est l’occasion de repenser tant de modèles. Et parmi eux, celui qui nous intéresse en ces jours si singuliers : notre bien-être, à la maison comme au travail.

 

Au travail, justement, la sérénité implique-t-elle un retour aux bonnes vieilles habitudes, histoire de ne pas perturber son rythme, sa zone de confort, son micro-univers ? Nous qui nous battions contre le stress, la morosité, la perte de motivation, les décisions de nos hiérarchiques, l’ambiance, les plats en sauce à la cantine, etc. serions-nous à ce point inconscients des risques que nous prendrions à appuyer sur la touche « replay » sitôt le déconfinement annoncé ?

Les variables d’ajustement

La prise de conscience est suffisamment universelle pour que nous nous penchions – au minimum – sur les variables d’ajustement primordiales :

  • Communication pérenne : si tout est communication, gardons à l’esprit que celle-ci se doit d’être équitable, ouverte, efficace, bienveillante.
  • Écoute active : une composante majeure de la Communication, qui nous fait tant défaut.
  • Respect de l’autre : et de ses opinions !
  • Confiance en soi et dans les autres
  • Union autour de l’entité Entreprise : une quête…
  • Développement personnel : parce que l’épanouissement est source d’apaisement

 

Alors, que l’on croit ou non à cette « Révolution comportementale » au sein des entreprises, saisissons l’occasion de revoir le modèle, à des degrés plus ou moins prononcés. Nous aurons tout à y gagner, car nous parlerons de l’Humain bien vivant, après tant de messages mortifères subis ces dernières semaines…

Avec l’implication de toutes et tous, un nouveau départ pour une vie plus sereine…

Menu