Les joueurs sont prêts !

Le 10 Avril 2020, optimiste comme je suis, je vous écrivais un billet d’humeur (https://www.equipage-formation.fr/un-nouveau-depart/) franchement ouvert, confiant, serein. J’y étalais mes conseils pour profiter d’un « nouveau départ » nous donnant à toutes et tous une occasion inédite de se relancer – voire même de se lancer – dans le boulot avec une bonne dose de résolutions mêlée de dynamisme et d’envie. Du genre « on efface tout et on recommence »…

L’été a passé. Nous y étions. Nous touchions du doigt une reprise attendue à différents points de vue : retrouver ses camarades de jeu, quitter l’espace de quelques heures le domicile, mettre le nez dans un dossier, repartir au combat, glisser ses pièces jaunes dans une machine à café-potage-thé douteuse, faire plus de 1000m depuis le seuil de sa prison / maison en ayant le droit (si ! j’ai l’attestation dans mon tél et imprimée dans la poche… on ne sait jamais…), etc.

Puis… l’automne est venu. « Hé, il disait quoi le blogueur en Avril ?! »… Oui l’automne est venu et on a eu le sentiment de devoir rejouer la funeste partie.  On a découvert que le confinement hivernal, c’est moins glam’, moins fun. On a eu quelque peu de mal à recharger les batteries flinguées sur les plages et aux apéros Spritz… L’automne est venu et a laissé une belle griffure sur les esprits.

Nous avons été patients. Nous avons laissé le temps, variants et Veyran (juste pour la rime) passer.

Mon optimisme, lui, n’a jamais failli ! Alors permettez-moi d’ajouter quelques lignes à mon post de l’an dernier…

« Reprise ! »

Du sommet d’une haute chaise, on ordonne d’un mot sec à deux champions de retourner turbiner sur le court. La pause est finie. Les athlètes ont réfléchi chacun dans leur coin, repensé leur technique, analysé erreurs et succès, entretenu l’espoir et travaillé à la Coué la gagne à venir. Ils savent pourquoi ils sont là. Ce moment, ils l’ont préparé pendant des années. A en avoir parfois la nausée, des crampes et frôlé le dégoût. Mais ils se remémorent chaque fois leur objectif. Au-delà d’une victoire, c’est l’accomplissement d’eux-mêmes qu’ils visent. En donnant du Sens à leur implication à travers une batterie d’efforts. Alors ils sont prêts.

Ne serait-ce pas de nous dont je parle ? Un peu, n’est-ce pas ? Bon, je ne vais pas vous demander de filer chez votre équipementier favori dégainer vos cartes pour rafler la dernière tenue à la mode, le tamis en boyau de titane (c’est quoi cet animal ?), la boîte de balles immaculées… et le pompe sueur de poignet (primordial). Non. Mais en y repensant un peu, nous n’en sommes pas si éloignés. Nous aussi avons travaillé pour lancer un projet, obtenir un poste, créer une entreprise, convaincre un client, négocier une augmentation, résoudre un problème, évaluer les risques, designer un produit, penser un service, etc. Nous y avons travaillé bien avant la pandémie. Nous avons continué à plancher sur le sujet pendant celle-ci. Et là… c’est le moment ! Du haut d’une chaise perchée dans les cimes, on a entendu le mot magique. « Reprise ».

Alors…

…Mettons-nous en condition

Pensons à ces mois étranges qui ont coulé si tranquillement… trop, sans doute. Qu’avons-nous pris comme résolutions ? Quels moyens avons-nous décidé de mettre en œuvre pour entamer le changement ? Sur quelles forces allons-nous nous appuyer ? Quelles sont les améliorations à mettre en chantier ? Comment saisir les opportunités ?

Gardons à l’esprit que nous sommes aux commandes de nos destinées (wouhaa… le titre de nanard US… « sortie le 12 »). Nos compétences n’ont pas disparu. Loin de là. C’est notre manière de les appréhender et de les mettre en avant qui a évolué.

Posons-nous les bonnes questions : « Me suis-je débarrassé de cette pression quotidienne d’autrefois ? « Pourquoi suis-je invisible ? » « Je sais comment manager cette équipe, je le sais… mais je n’ose pas. Que dois-je faire ? »

Nous ne sommes pas isolés, mais bien entourés de travailleurs ayant « subi » ou « affronté » cette éclipse temporelle au même titre que nous. Équipiers comme managers. Nous débarquons au travail avec un passé commun ! Alors oui, c’est l’occasion rêvée pour parler, échanger, communiquer, partager, apprendre, écouter. Et bâtir des bases saines pour rebondir.

Enfant, le visage vissé au petit écran diffusant les Internationaux de Roland Garros (le « French » pour les anglophiles…), j’adorais entendre des arbitres étrangers prononcer « Rééprissss », « Reuprizz », « Weupwiz »… Aujourd’hui, j’y pense en commençant mes journées de travail. Ça me met dans l’ambiance. Et ça donne au contexte une saveur particulière, parfumée à la terre battue… Je me dis que notre mission en tant que professionnel, c’est de donner le meilleur, sans perdre pied, sans s’accabler. C’est de viser l’excellence sur un temps donné, sans en rajouter (du temps…). C’est de tirer profit de son implication, sans écraser l’autre. C’est de donner du sens à notre action, la valoriser. Pour SE valoriser.

Côté court, le short blanc sera pour (un peu) plus tard… le pluvieux mois de Mai 2021 a davantage fait courir les ramasseurs de balles bâche en main pour couvrir le terrain. Mais en Juin…

… « les joueurs sont prêts ! »

 

Edouard Baudry, le 21 Mai 2021

Menu